fren
dubai rehabilitation turtle project
confinement en thailande
Reading Time: 8 minutes

Le confinement en Thaïlande

Qui aurait pensé qu’un jour le monde entier se retrouve confiné, de l’Asie à l’Amérique du Sud passant par l’Europe ? Qui aurait vraiment imaginé que les gouvernements puissent, un jour, dire à leur population : Restez chez vous ! Et que la maison devienne le seul et unique endroit de liberté pendant 2 mois ?

Mais qui aurait pensé qu’au 21ème siècle, la population de la Terre allait expérimenter une liberté restreinte ?

Non, clairement, personne ne s’est imaginé une seule minute que l’on allait tous vivre une situation pareille. Tous préoccupés dans notre vie respective, cela ne nous a pas effleuré l’esprit une seule minute qu’un virus puisse prendre le contrôle, un jour, du monde entier. Il s’est propagé dans tous les recoins de la Terre en emmenant avec lui son lot de peur et créant ainsi de la paranoïa autour de lui. Oui, c’est bel est bien un virus, un micro-organisme qui a pris le contrôle d’une société moderne en pleine effervescence.

Une société qui a été prise de cours dans son évolution et dans son expansion et qui a été mise au ralenti tel un film que l’on met sur pause. Oui, ce virus a mis sur pause ce film de la vie qui se déroulait sous nos yeux à une vitesse incontrôlable et sans que l’on puisse faire quelque chose.

Oui, ce film dont l’acteur principal est la population mondiale a été mis sur pause grâce à ce virus qui a mis, en même temps, en pleine lumière beaucoup de choses positives et négatives…

Des choses pour lesquelles, désormais, l’humanité toute entière doit réfléchir et agir !

Alors que l’on était tous pris dans notre vie respective par nos projets tant privés que professionnels, je me suis, donc, envolée pour la Thaïlande, en mars 2020 pour y réaliser mon projet de cœur : mon Divemaster (guide de plongée).

A ce moment-là dans le monde entier, c’est l’Asie qui était le continent le plus touché par le virus contrairement à l’Europe, le vieux contient, qui voyait gentiment arriver la vague déferlée sur elle.

Malgré la situation, j’ai pris mon vol pour Bangkok et je suis arrivé le 2 mars en Thaïlande et 3 jours après j’arrivais à Koh Tao, une île du Golfe de Thaïlande.

A peine 2 semaines après mon arrivée en Thaïlande, les choses commençaient à bouger avec, pour commencer, la fermeture des centres de plongée. Il y a eu, ensuite, la fermeture des restaurants et des hôtels et finalement la fermeture totale de l’île.

Plus aucun bateau-passager n’arrivait sur l’île, il y avait uniquement des bateaux de nuit qui pouvaient accoster pour livrer la nourriture dans les différents supermarchés de l’île. Nous pouvions sortir de l’île mais si l’on voulait y entrer à nouveau, il fallait présenter un certificat médical d’un hôpital gouvernemental, se faire prendre la température à l’arrivée sur l’île et encore pendant 14 jours dans notre logement respectif en restant en quarantaine de notre logement respectif.

confinement en thailande

Me concernant, je ne suis pas sortie une seule fois de l’île car je n’avais pas besoin.

L’immigration de Koh Samui avait fermé, il n’était donc plus possible de se rendre à Koh Samui pour renouveler notre visa. Toutes les personnes concernées qui étaient sur Koh Tao sous visa touristique et qui devaient le renouveler ne pouvaient pas sortir de l’île. Début avril, c’est l’immigration de Koh Samui qui est venu pour renouveler nos visas. On était des milliers, à ce moment-là.

Et puis le mois suivant, le gouvernement thaïlandais décidait de renouveler gratuitement et automatiquement les visas pour tous les touristes et pour tous les détendeurs de permis de travail et ceci jusqu’à fin juillet. Désormais, plus personne n’avait besoin de se préocupper de cette tâche administrative.

De mon côté, ma formation était interrompue, et j’ai dû attendre le mois suivant pour pouvoir la reprendre.

Pendant le confinement au mois d’avril, j’ai profité d’aller faire du snorkeling pour ainsi commencer à comprendre le comportement des poissons pour pouvoir les photographier correctement une fois en plongée.

Grâce au snorkeling, j’ai appris à adapter mon comportement avec les poissons, car au début des mes shooting photos, j’avais tendance à nager derrière les poissons qui, enfaite, partaient à tout trombe devant moi. Je ne comprenais pas. Avec le snorkeling et les conseils reçus de mon professeur de plongée, j’ai compris ce que je faisais de faux.

Et puis, aux alentours de mi-mai, les centres de plongée ont pu à nouveau ouvrir et j’ai, donc, pu repredendre ma formation de Divemaster là où je l’avais laissée.

Pouvoir à nouveau plonger ca été un moment de liberté pour nous tous sur l’île autant pour les instructeurs que pour les divemasters, on attendait tous de pouvoir retourner sous l’eau avec impatience. Alors dès qu’il y a eu le départ du premier bateau pour les sites de plongée, il était plein à craquer.

Un moment de pur bonheur, même de liberté, je dirais ! Que c’était bon de se retrouver sous l’eau. Et là, une belle surprise se dessinait devant nous !


Quelle belle surprise que d’avoir vu une quantité importante de poissons sous l’eau ! Oui il y en avait pas mal bien que certains aient été pêchés par les birmans et les thaïs pour se nourrir, durant le confinement.

En effet, en plus de la pêche, des dons de nourriture ont été organisés pour donner à manger aux gens qui en avaient le plus besoin, parmi eux des thaïlandais, des birmans mais aussi des étrangers.

La réalité était telle que dans le pays entier, à plusieurs endroits des dons de nourriture étaient aussi organisés comme à Bangkok, Phuket ou encore Pattaya. En effet, que cela soit en Thaïlande ou ailleurs dans le monde, beaucoup de personnes se sont retrouvées sans revenu durant le confinement et même encore après à cause de la perte de leur travail ou de leur business.

Et Koh Tao n’est pas resté à l’écart. En effet, la situation a été la même sur l’île avec la fermeture de certains établissements tels que des restaurants ou encore des bars et des hôtels et voire même des centres de plongée.

confinement en thailande

Au-delà de la catastrophe sanitaire qui a emporté plusieurs centaines de millions de personnes à travers le monde, ce confinement a permis de voir ce qui ne fonctionnait plus. C’est pourquoi ce confinement, je le vois plutôt positivement dans le sens que cela a mis en lumière beaucoup de choses tant au niveau économique qu’environmental.

Alors je pourrais raconter comment s’est passé le confinement sur l’île de Koh Tao mais pour exactement dire quoi ? Enfaite, cela ne t’apporterait rien de plus en sachant cela.

La seule chose que j’ai envie d’apporter via cet article est que le confinement a montré que l’être humain a bel et bien un impact sur l’environnement, et les animaux. Nous ne pouvons plus l’ignorer, plus maintenant car cette preuve tant attendu par les scientifiques est enfin arrivée !

Il a fallu d’un virus pour avoir la preuve réelle de l’impact des activités humaines sur la planète.

Alors avec ce confinement, et depuis là où je me trouvais, loin de tout, j’ai eu le temps de me poser beaucoup de questions sur la manière dont le monde tourne en ce moment, sur les décisions qui ont été respectivement prises par les gouvernements et l’impact qu’elles ont eues et auront sur la population et sur l’environnement.

Personnellement de voir de loin que l’activité humaine continue de jouer un rôle fondamental sur l’environnement me motive particulièrement à continuer d’œuvrer en faveur de l’environnement.

En venant en Thaïlande, ce n’était pas uniquement un désir de faire le Divemaster mais c’était aussi et surtout un objectif qui était de transmettre des messages et de montrer ce qu’il se passe dans les océans au travers de clichés pris lors de mes plongées.

Oui, je suis venue à une période pendant laquelle le monde a vécu et y compris moi-même une situation inhabituelle. Mais était-elle vraiment inhabituelle pour autant ?

Pourquoi, dis-je cela? Car nous connaissons tous et évoluons tous dans le même modèle économique et sociétale qui est pour nous normal et habituel.

Alors, je crois surtout que cette période de confinement a permis au monde entier de, premièrement, ralentir, puis de constater et en voyant les conséquences pour ainsi réfléchir à l’avenir qui se profile devant nous tous pour la diriger, cette fois-ci, dans une autre direction que celle que l’on a connu jusqu’à maintenant.


En tant que Divemaster et photographe, j’ai envie d’impliquer les gens dans l’environnement marin, de leur faire comprendre et prendre conscience que l’être humain est complètement dépendant de cet environnement, que même si ce n’est pas notre élément, c’est un environnement qui nous procure des ressources importantes et essentielles à notre survie et que pour se faire, les habitants des océans doivent être traités avec respect et les humains doivent pratiquer une pêche éco-responsable. Car leur abondance dans les mers et océans dépend entièrement de notre impact sur eux et de notre manière de les pêcher.

confinement en thailande

Revenons au confinement. Ai-je vraiment pris le risque d’être confinée en Thaïlande ? Certains, peut-être, diront que oui, mais en réalité cela n’a pas du tout été le cas. Oui, j’ai juste fait ce qui était juste pour moi à ce moment-là dans ma vie et je ne regrette en aucun cas car maintenant je suis officiellement Divemaster ! J’ai réalisé mon projet qui me tenait à cœur et au passage, je me suis retrouvée confinée en Thaïlande!

J’ai refusé de prendre un vol de retour pour la Suisse quand le gouvernement organisait des vols de raptriements car j’avais prévu de rester à Koh Tao plusieurs mois et je me suis tenue au faite que je voulais à tout prix réaliser ce projet coûte que coûte. Revenir en Suisse sans aboutir ce projet aurait été comme un échec et sans savoir quand est-ce que j’aurais eu l’occasion de revenir vu qu’à l’heure actuelle (au moment où j’écris cet article = fin juin 2020), les touristes ne peuvent toujours pas atterir en Thaïlande et nous ne savons pas quand est-ce que cela sera le cas. Cependant, si je m’étais trouvé dans la même situation que les autres touristes avec l’obligation de retourner en Suisse, c’est sans hésiter que j’aurais fait comme eux en prenant un vol de rapatriement organisé par le gouvernement. De plus, mon vol de retour avait été annulé…

Loin de toute cette paranoïa et de toute cette peur engendrée par ce virus, il faut bien l’avouer, j’étais bien mieux sur Koh Tao, ce petit cocon coupé de tout qu’en Suisse. D’y être, cela m’a préservé de toute cette crainte qui a envahit l’Europe et le reste du monde.

Cependant, de manière générale, que l’on se soit retrouvé en Asie, en Europe ou ailleurs dans le monde, sur une île ou sur le continent, nous l’avons tous vécu ce confinement et à notre manière. Celui que j’ai vécu n’a rien d’extraordinaire. Si j’avais été en Suisse, je l’aurais vécu en Suisse. Je n’ai pas à me venter et les gens n’ont pas à m’envier, j’ai simplement été là où je devais être et faire ce que je devais faire. Je remercierais jamais autant la vie de m’avoir envoyer en Thaïlande à ce moment-là.

Le confinement? Oui, je l’ai vécu en Thaïlande.

Info voyage

Infos voyage 

When: Mars à Juillet 2020

Where: Koh Tao

Country: Thaïlande

 

Looking for the English version?

Do you want to read the article in English? 

Désirez-vous lire l’article  » Au temps du confinement, en Thaïlande  » en anglais? 

Suis-mois sur les réseaux sociaux

Instagram

Sois libre de me suivre sur Instagram et de découvrir mes autres photos

@travelsofgeraldine

@inmytravelecobackpack

Facebook

Wairua Kaieke

Pinterest

Wairua Kaieke

Au fil des temples de Kyoto

  Au fil des temples de Kyoto Les temples de Kyoto sur le chemin de la philosophie Un matin, je sors de l’auberge de jeunesse dans laquelle je logeais (voir l’article PBP Hostel...

Tour du Lac Kawaguchiko et le Mont Fuji

  Tour du Lac Kawaguchiko et Mont Fuji   Le lac Kawaguchiko et Mont Fuji C’est depuis Tokyo, plus précisément depuis la gare de Shinjuku que mon voyage pour le Mont Fuji commence....

Le Sanctuaire Fushimi-Inari

  Le Sanctuaire Fushimi-Inari Et ses 10'000 toriis Le sanctuaire Fushimi-Inari est situé sur la montagne Inari à Kyoto d’où son nom Fushimi-Inari. C’est entre des toriis vermillon...

Le Temple Ginkakuji

  Le Temple Ginkakuji Le temple d'argent Ma visite de ce temple Lors de ma journée “au fil des jardins et temples de Kyoto”, un jour de septembre 2019, je me suis rendue au temple...

Sur la route des anciennes capitales Thaï

  Les capitales Thaï, sur l'ancienne route Les capitales Thaï, entre Bangkok et Sukothai C’est entre ces deux villes que sont Sukhothai et Bangkok que nous allons partir sur la route des anciennes capitales Thaï de l'ancien Royaume de Siam. C'est un voyage dans...

Pearl Diving à Koh Tao

  Pearl Diving Koh Tao Pearl Diving Koh Tao situé sur l’île de Koh Tao en Thaïlande est une école de plongée. Le centre de plongée Le Pearl Diving est situé au port de Mae Haad proche du débarcadère du ferry. C’est une petite structure que l’on retrouve dans ce...

Ko Samui Elephant sanctuary

Ko Samui Elephant Sanctuary En septembre 2018, alors que j'étais en Thaïlande, à Ko Samui, j’ai découvert qu’ils avaient ouvert le sanctuaire d'éléphants sur l’île du nom de Ko Samui...

A la Forêt des Singes – Ubud – Bali

Le sanctuaire sacré de la forêt des singes  Mon expérience  Quand vous dites la forêt des singes, normalement tout le monde sait de quoi vous parler et où cela se trouve à Bali car...

Au fil de l’eau – Cascade de la Sauflaz – Champéry – Suisse

La cascade de la Sauflaz - Champéry Suisse  Mes premières photos longues poses Pourquoi ne pas monter pour prendre un peu de fraîcheur ? En rejoignant la cascade de la Sauflaz à...

Le Grand Palais – Bangkok – Thaïlande

Le Grand Palais  Mon expérience J’ai été deux fois au Grand Palais à Bangkok et, cela a été un agréable moment, à chaque fois que j’y suis allée. J’essaie toujours de m’imprégner du cadre et de l’ambiance quand je visite un endroit et c’est ce que j’ai fait, à...
Share on
Facebook
Twitter
LinkedIn
RSS
Follow by Email
error: Content is protected !!